Aller au contenu principal

Dernière mise à jour :
Publié le 11 décembre 2012

Compte rendu de l’assemblée générale de l’association pour la restauration de la basilique

L’ assemblée générale s’est déroulée en présence de :

M.Patrick Roussiès, adjoint en charge de la culture et du patrimoine,  M.Antoine Alonso Garcia : avocat de la ville, M.Olivier Javerliot : directeur du patrimoine bâti, M. Alain Narcyz : directeur général des services.

 

Rappel historique de la restauration, étude et travaux.

De l’année 2001 à 2007 choix de la maîtrise d’œuvre et désignation de l’entreprise pour la restauration du clocher. La municipalité propose la mise en place de micro pieux sous le clocher pour le stabiliser. L’entreprise propose la technique du « jet grouting « qui consiste en une injection de béton sous le clocher. Cette technique renforce le sous- sol en amenant une nouvelle portance. Ce mode de consolidation est finalement choisi.

2007 démarrage des  travaux.

2008 des dégâts sont constatés. Fissures sur les murs et au sol de la basilique, décrochement « nef clocher », casse des vitraux, affaissement de la voûte. Ces constats entraînent l’arrêt des travaux.

2009 la municipalité demande auprès du tribunal de grande instance de Lille la nomination d’un premier expert, M. Lemaire, qui après une année et demie n’a pas remis de conclusions. Sa révocation est demandée au tribunal administratif de Lille en Décembre 2010, elle sera prononcée en Février 2011.

Un second expert M. Bélière architecte de son état est alors nommé. Il déclare l’entreprise sous-traitante responsable du désordre et déclare toutefois le clocher stabilisé. La municipalité souhaite s’en assurer sur une période assez longue. Des mesures sont entreprises par l’intermédiaire d’un géomètre expert, 7 sont correctes la 8e ne l’est pas. Les conditions climatiques pouvant influer sur la prise de mesures, la municipalité demande l’installation d’un système d’instrumentation qui corrige les différents facteurs extérieurs. Un appel d’offre est lancé. En  Février 2012 choix du maître d’œuvre, le dossier est prêt en Mars 2012 puis accord en Juin 2012 entre l’expert et les différentes parties.

Dés 2011 malgré la bataille juridique qui interdit tous travaux, la municipalité souhaite sécuriser le bâtiment. Un troisième expert, M. Fagot, est nommé. Il définit les travaux de mise en sécurité de la basilique. Un appel d’offre est lancé, 8 entreprises proposent leur service. Les travaux seront réalisés à l’intérieur de la basilique, la voûte fissurée sera démontée puis reconstruite. La partie de la nef allant des orgues vers le chœur de la basilique sera sécurisée par un ceinturage. Pour cette opération l’orgue sera démonté, chose qui n’était pas nécessaire pour la restauration du clocher.

Ces travaux devaient débuter au printemps 2013, mais ils n'ont pas encore reçu en date du 17 avril, l'autorisation des entreprises concernées par la restauration de l'ouvrage.

 

 

 



Actualités